Derrière KAPTURE STUDIO

Derrière KAPTURE STUDIO, il y a Julie Chatel une photographe indépendante née en 1983, qui vit et travaille à Annecy. Depuis toute petite, elle sait que plus tard, elle veut être entrepreneure… sa passion pour la photographie ne tardera pas, adolescente elle immortalise en argentique chaque moment important de sa vie sociale avec ses proches. Diplômée en gestion d’entreprise, elle débute sa carrière de photographe indépendante auprès des particuliers en 2009. Durant 7 ans, elle s’affaire sous son ancienne signature photo «Jessie Images» à immortaliser les mariages, naissances, portraits de famille, EVJ de ses clients.

Parallèlement très attachée au milieu de l’événementiel et organisatrice d’événements auprès de restaurateurs locaux, elle décide de diversifier ses activités et reprend la gérance d’un restaurant sur le bassin annécien en juin 2016, un établissement où elle s’active à fédérer une communauté autour d’expositions artistiques et d’événements pluridisciplinaires.

Elle conserve la photographie en activité secondaire durant cette période, et se spécialise peu à peu dans le portrait et la photographie de commande.



En décembre 2018, elle quitte la gérance de son établissement, forte de cette aventure entrepreneuriale et de son expérience de photographe, elle développe alors un service de photographies dédié aux entreprises et professionnels du Grand-Annecy. Une offre adaptée aux besoins des PME, TPE, artisans et commerçants en matière d’identité photographique. A l’heure des réseaux sociaux et de l’avènement de l’image, Kapture-studio.fr est alors lancé en octobre 2019.

Julie fait parallèlement partie du Hang’Art, un atelier industriel partagé où elle effectue présentement des travaux. Un futur lieu d’accueil pour son studio photo KAPTURE sur Annecy (Seynod) dont l’ouverture est prévue en février 2020.

Une campagne de financement participatif est actuellement en cours pour soutenir ce projet sur Tudigo.



Passionnée par la photographie depuis mon plus jeune âge, ma vision de la vie m’a permis de considérer la photographie comme un phénomène sentimental, une quête expérimentale perpétuelle où je ne recherche que la liberté de l’image.

Laisser un commentaire